L’impact psychologique du coronavirus sur les sportifs.

« Pourquoi on s’entraine ?» Mathieu Van der Poel

C’est ce qu’on pouvait lire dans Cyclism’Actu le lundi 16 mars 2020. La situation actuelle avec la pandémie du coronavirus est difficile à vivre pour la majeure partie des sportifs : mise en quarantaine, les compétitions qui s’annulent les unes après les autres, impossibilité de s’entraîner collectivement, etc. Tout cela génère forcément des modifications dans la planification. Pour certains sportifs, quel que soit leur niveau, c’est même l’objectif de la saison qui a été annulé ou qui va l’être.

La dimension psychologique ne doit pas être négligée dans ce genre de situation. Ce qui structurait le quotidien se trouve subitement anéanti et il faut se réorganiser. De plus, une inconnue subsiste : le temps que cela va durer. L’attitude et le ressenti varient bien évidemment d’un individu à un autre : incertitude, doute, remise en question, démotivation, déprime… Certains/certaines, parmi vous, vivent probablement un conflit émotionnel depuis plusieurs jours, ce qui est totalement compréhensible dans une situation comme celle-ci.

Avant tout, il est important de faire ce que l’on appelle le deuil. Le deuil des objectifs et des compétitions que vous vous étiez fixés pour ces prochaines semaines. Ensuite, dites-vous que c’est l’occasion de faire évoluer votre entraînement et votre philosophie. Il n’y a pas de recette miracle, mais voici 3 points que vous pouvez travailler dès à présent.

 

L’optimisme

Même dans ce genre de situations, il est essentiel de rester positif (je sais, plus facile à dire qu’à faire). Cette période de mise à l’écart est l’occasion de vivre d’autres choses, de s’épanouir autrement en attendant le retour à la normale des entraînements et des compétitions.

C’est l’occasion de pratiquer des activités alternatives qui permettent de développer vos capacités mentales, physiques et techniques et que vous n’avez peut-être pas la possibilité de pratiquer lorsque votre train-train quotidien prend le dessus.

Définissez un nouvel objectif pour cette période. Cet objectif peut être qualitatif et non pas quantitatif pour une fois. Projetez-vous par exemple à la reprise des compétitions (même si on ne sait pas encore quand ce sera, on sait par contre qu’il y aura bien une reprise, à un moment donné). Imaginez-vous dans quel état d’esprit et de forme vous aimeriez être à ce moment-là. Définissez ensuite qu’est-ce vous avez besoin de mettre en place pour y arriver.

 

La visualisation

Impossible de pratiquer votre sport ou une activité spécifique liée à votre sport ? Pourquoi ne pas mettre à profit tout ce temps désormais disponible pour explorer la visualisation ?

Cette technique permet notamment de modifier un comportement ou réduire le stress par exemple. La visualisation est la capacité mentale que nous avons à nous représenter un objet, un son, une situation, une émotion ou une sensation. Selon son intensité, cette représentation peut déclencher plus ou moins les mêmes effets physiologiques que le ferait la réalité.

La visualisation est un outil extraordinaire pour les sportifs. Il faut la pratiquer un certain nombre de fois avant de se sentir à l’aise. Afin de vous illustrer son application, voici un simple exemple :

  1. Réfléchissez à une situation à venir qui vous semble inconfortable aujourd’hui.
  2. Imaginez-vous simplement vivre cette situation plusieurs fois, en la faisant déboucher sur des issues favorables selon différents scénarios possibles.
  3. Une fois le moment venu, prenez conscience de l’état dans lequel vous vous trouvez. Il est fort possible que vous soyez surpris en bien ! Vous pourriez vous sentir plus serein grâce à votre visualisation.

 

La relaxation

Comment ne pas perdre les pédales devant tant d’incertitudes ? Il est important de savoir gérer l’anxiété qui peut naître face à la perspective d’un arrêt prolongé des entraînements et des compétitions ainsi que le flou que cela engendre à court et moyen termes.

Tout d’abord, un premier conseil : ne pas paniquer et tout remettre en question. Prendre les choses comme elles viennent et retrouver son équilibre. Le recours aux techniques de relaxation peut cependant vous aider à aborder la suite de manière plus sereine. Il existe plusieurs techniques de relaxation, vous en trouverez certainement une qui vous convienne. Voilà 2 liens qui peuvent déjà vous guider dans un premier temps : www.petitbambou.com et www.headspace.com/fr .

En résumé, soyez acteur : voyez dans cette situation « extraordinaire » l’opportunité de mettre en place une véritable démarche pour l’avenir plutôt que de la subir. Profitez du report des compétitions pour vous forger un mental à toute épreuve ! Là encore, tout le temps libre dont vous disposez devient un allier de choix. Et si vous maîtrisez déjà tout cela parfaitement, vous pouvez toujours travailler un peu plus… la patience et la persévérance !

Prenez bien soin de vous et n’hésitez pas si vous avez des questions, je me tiens naturellement à votre disposition et vous accompagne volontiers dans votre démarche.

 

Yann Rithner

Préparateur mental

info@yannrithner.ch